Home Blog Page 3

L’équipe nationale féminine indienne sur sa lancée

0
Foot ball feminin

Ça y est. Une mission est en train de s’accomplir. Après avoir décroché le 57e rang, selon le classement de la FIFA, les joueuses de Maymal Rocky veulent continuer sur leur lancée pendant la COTIF Cup 2019.

Jouer avec optimisme

Participant à la COTIF Cup en Espagne, l’équipe nationale féminine indienne rencontrera le FC Villareal aujourd’hui 1er juillet, à Valence. Elle est dirigée par son head coach Maymol Rocky. Cette dernière de s’exprimer avant le match avec un propos à la fois modeste et optimiste. Elle met le point sur le point positif de tous les matchs à disputer pendant cette compétition. « Jouer avec les grandes équipes rend les siennes encore plus expérimentées et plus fortes », a-t-elle confié.

C’est ce même esprit qui a animé les footballeuses indiennes pendant les trois semaines de préparation à New Delhi. Les élues de Rocky vont donc montrer au monde entier leur talent pendant cette aventure sportive dans la péninsule ibérique.

Une occasion en or pour viser la coupe de la FIFA

Se montrant déterminée à maintenir son cap, l’équipe féminine indienne ne pourra pas cacher son ambition d’aller plus loin. Elle vise les qualifications pour la coupe de la FIFA qui auront lieu l’année prochaine. La COTIF Cup 2019 se présente en effet comme son occasion en or pour prouver que l’utopie peut devenir une réalité. Elle comprend plusieurs matchs et la bataille sera rude.

Les férues du ballon rond indiennes ont déjà montré qu’elles sont capables de franchir les barrières. Ayant obtenu six places d’avance sur le classement de la FIFA, elles ont intérêt à faire encore mieux. Profiter de cette compétition internationale leur permettra de briller encore plus dans le monde du football féminin. Enfin, entrant dans le cours des grand(e)s, les joueuses de Maymol doivent se montrer à la hauteur, ne serait-ce que pour les matchs qui viennent. Celui d’aujourd’hui et la rencontre avec la Bolivie, le samedi prochain, en font partie.

Sin bins, littéralement traduit en « bacs à péchés », adoptés par la FA

0
football reglement

Le Football Association confirme sa décision d’appliquer les nouvelles règles de « sin bins » ou « bacs à péchés ». Les licenciements de 10 minutes seront en effet en vigueur pendant la saison 2019-2020.

Qu’est-ce que le « sin bins » ?

La dissidence constitue l’objet principal des « sin bins ». Ces derniers peuvent se traduire littéralement en « bacs à péchés ». Ils concernent l’ensemble de fautes et comportements inappropriés pendant le match. Cela inclut les paroles, les gestes et autres façons de jouer transgressant les règles du jeu pendant un match. La sanction sera signalée par l’arbitre. Soit il montre une carte jaune au fautif tout en indiquant la ligne de touche, soit il le fait tout simplement sans la carte. La suspension dure 10 minutes sans la possibilité de remplacer le dissident. Il s’agit d’une manière d’améliorer la qualité d’un match.

Pourquoi ce licenciement de 10 minutes ?

Depuis la saison 2017-2018, des essais ont été effectués. Ils produisent des résultats satisfaisants sur la réduction des dissidences jusqu’à 38 %. Des efforts ont été réalisés, par la suite pendant 2018-2019. Et c’est en cette nouvelle saison 2019-2020 que la FA souhaite étendre le champ d’application des « sin bins ». Tous les niveaux de la ligue seront donc concernés par cette nouvelle sanction. La raison principale de cette mesure constitue l’amélioration des comportements des joueurs et des supporters. Tout le monde va s’impliquer davantage dans la réalisation de ce projet pilote. Chacun s’efforcera d’optimiser la qualité de tous les matchs à jouer, joueurs, entraineurs et staff des clubs compris. Finis donc les engagements forcés et les autres manières de jouer inappropriées. La FA souhaite instaurer un monde de football dans lequel les règles sont rigoureusement à respecter.

L’English Football League tranche sur le sort de Bury

0
Football league

Le feuilleton de Bury continue. Ce club se trouve dans une situation critique. Son match d’ouverture de la saison pour le weekend prochain sera suspendu.

C’est définitif pour Bury : pas de match d’ouverture de la saison

Ça y est. Le verdict est sorti après tant de discussions sur le sort de Bury. Ce dernier ne pourra pas jouer son match d’ouverture de la saison de la ligue anglaise. C’est une décision qui vient normalement de l’administration de l’English Federation League (EFL). Cette équipe devrait rencontrer le MK Dons à Gigg Lane le weekend prochain. Elle est donc obligée d’arrêter son aventure dans la ligue 1, et ce, suite à ses difficultés financières. Ces dernières concernent généralement le non-paiement des joueurs pendant des mois et l’incapacité de financer la prochaine campagne. Elles n’ont donc pas été réglées à temps réels pour permettre à ce club de participer aux prochains matchs de la ligue. Il s’agit d’une sorte de sanction incitant les dirigeants de Bury à se conformer le plus vite possible aux dispositifs de règlement de la fédération.

Leçon pour une meilleure gestion financière au sein d’un club de football

Cette sanction infligée à Bury sert de leçon à tous les autres clubs de l’EFL. Elle est donc imminente même si des discussions sur le sujet sont encore ouvertes. Il s’agit en effet d’une décision montrant la fermeté de la fédération face à des irrégularités financières dans le monde du football. Une déclaration régulière de l’état financier de chaque club doit avoir lieu auprès de l’EFL. Elle est stipulée par le règlement régissant la ligue. Tous les clubs doivent s’y soumettre. Cela concerne particulièrement les membres du staff, compris ceux de l’EFL. Ces derniers ont déjà fait l’objet de critiques dernièrement sur leur gestion financière au sein même de la fédération.

Parcours d’un reporter du football universitaire à Los Angeles Times

0
reporter football

La plume et la passion pour le football peuvent conduire à une vie de profession tant enviée par un bon nombre de jeunes. Ils peuvent se transformer en un travail de curiosité : « journaliste reporter de football universitaire national ».

Une vie professionnelle motivée par la passion pour le football

Se montrant modeste dans sa narration en utilisant le pseudo « gamin », le reporter du football universitaire national au Los Angeles Times dévoile son parcours en quelques lignes. Ayant su profiter de tous les créneaux qui se sont présentés, la vie du gamin s’est focalisée sur le ballon rond. Vacances, weekend, etc., sa passion pour le foot se trouvait au-dessus de tout. Il a eu la chance de voyager à travers le pays, seulement à l’âge de 13 ans. Cette aubaine est due à son amour incommensurable pour le foot.

Étant journaliste à ce petit âge, c’était à l’automne, le gamin se débrouillait merveilleusement. Il a poussé son papa à se faire passer pour des stars de football à interviewer. Une telle complicité familiale engendre souvent de bonnes choses qui seront, un jour, une clé de réussite. Le « gamin » en est la preuve tangible. Il dispose déjà de son propre site lui permettant de publier son top 25 de club de foot universitaire. C’est également un outil d’analyse de chaque match qui se déroule.

Écrire pour la cause des footballeurs talentueux

N’hésitant pas à donner son avis sur la réalité du football universitaire national, le dénommé gamin veut écrire pour la bonne cause des talentueux. Se référant à des stars qui ont déjà fait leurs preuves dans le passé, Tommie Frazier et Donovan McNabb entre autres, il se pose beaucoup de questions. N’auraient-ils pas pu faire mieux dans leur carrière professionnelle ? Cette réflexion reflète l’âge mûr du journaliste en question, se sentant totalement épanoui dans son univers avec son art de plume. Elle fait allusion à certaines failles dans l’octroi des bourses d’études universitaires de football. Étant suffisamment adulte, l’ancien gamin continue sa passion en se spécialisant dans la narration de tous les événements autour du foot. C’est J. Brady McCollough en personne.

L’English Football League dans l’impasse face aux difficultés financières de deux clubs

0
football english

Face aux difficultés financières de deux clubs, Burry et Bolton, l’English Football League se trouve dans une situation délicate. Elle doit trancher sur les cas de ces deux équipes.

Suspension du match d’ouverture de la ligue 1 de Burry

La suspension du match d’ouverture de la ligue 1 de Burry est définitive. C’est une décision prise durant la réunion des membres de l’English Football League (EFL). Cette mesure d’urgence est spécialement prise face aux difficultés financières du club. Burry n’a pas pu payer ses joueurs pendant des mois. Il a déjà raté deux échéances pour prouver sa capacité financière pour la prochaine saison. C’est la raison pour laquelle la rencontre avec MK Dons a été reportée. Le FEL se dit même se trouver dans une position non enviable face à cette circonstance. Elle est contrainte d’appliquer le règlement 28.2. La décision ainsi prise constitue donc une suite logique d’une étude rigoureuse de la situation de Burry. Celle-ci a été effectuée dans le respect total des dispositifs légaux du championnat.

Le match de Bolton en suspens

Quant au cas de Bolton, certains joueurs de ce club se plaignent de ne pas avoir été payés pendant 20 semaines. Cependant, le conseil d’administration trouve que les soumissions des Boltons sont convaincantes pour les laisser jouer la rencontre avec Wycombe. Ce dernier a toutefois déjà suspendu la vente des billets à ses fans. Il reste un suspens. Or, en se référant au point de vue de la FELE, le match pourra se jouer. La balle est donc entre les mains des Bolton. Ces derniers doivent produire dans le plus bref délai des documents officiels sur leur situation financière. Si tout y est clair et rien ne va à l’encontre des dispositifs du règlement de la FEL, la rencontre pourra avoir lieu.

Football anglais : vers l’application des « bacs à péchés » au niveau local

0
Football

La fédération anglaise de football est en route vers l’application des bacs à péchés au niveau local. Elle décide d’introduire les licenciements de 10 minutes à la prochaine saison 2019-2020.

Bacs à péché : c’est quoi ?

Les bacs à péchés sont l’ensemble de sanctions appliquées en cas de dissidence. Ils prennent la forme de licenciements de 10 minutes pour la fédération de football anglaises (FA). Cette durée est raccourcie dans le football junior. Pour les signaler, un arbitre doit montrer au joueur concerné une carte jaune tout en lui indiquant la ligne de toute. Le fautif va donc sortir du terrain pendant 10 minutes en guise de sanction. Cette nouvelle règle du jeu vise à améliorer la qualité du football au niveau de la fédération. Elle a déjà fait l’objet de divers essais et, bientôt, son application va être officialisée.

Un essai réussi des bacs à péchés

Les bacs à péchés ont été déjà appliqués, en guise d’essai, depuis la saison de 2017-2018. Par la suite, 31 ligues ont pris le relais pendant la campagne de 2018-2019. Ce projet pilote va s’étendre jusqu’à la 5e étape de la ligue nationale, au niveau 3 et dans le football féminin. Selon les résultats obtenus à l’issue d’une évaluation faite par la FA, il apporte beaucoup de fruits au sein de plusieurs ligues. De grandes améliorations ont été constatées. Elles concernent principalement la réduction de la dissidence jusqu’38 %. Mark Bullingham, le directeur général de cette association, de déclarer que les bacs à péchés fonctionnaient bien. Ils rendent agréable l’ensemble du jeu. Les comportements escomptés étaient au rendez-vous. Toutes les équipes de la FA seront en effet invitées à continuer sur cette lancée dès le début de la campagne de 2018-2019.

Football USA : L’équipe féminine américaine dévoile la ruse de la fédération nationale

0
football féminine

Les footballeuses nationales américaines continuent leur combat afin d’avoir les mêmes salaires que les joueurs masculins. Elles qualifient de ruse la manœuvre temporisatrice menée par l’USSF.

Est-ce une fausse déclaration ?

La fédération nationale américaine de football (USSF) a réagi face à la revendication de l’équipe féminine (USWNT). Elle a rendu en public, le lundi 29 juillet 2019, les résultats de son analyse sur l’état financier de l’US Soccer pendant les dix dernières années. Cette déclaration de confirmer que les femmes footballeuses de la WNT sont mieux payées que les hommes. Elle est cependant jugée comme fausse par les Syndicats des Métallos et l’USWNT. Cette dernière contre-attaquait en disant que sa requête d’une rémunération égale a été catégoriquement refusée par l’USSF.

Déterminées à aller jusqu’au bout

Les footballeuses américaines formant l’équipe nationale sont déterminées à aller jusqu’au bout dans leur revendication. Elles se disent être prêtes à déjouer la ruse de la fédération. Leur combat s’étend même vers une lutte contre la discrimination sexuelle. À leurs yeux, les chiffres publiés par l’USSF ne sont qu’une manœuvre dilatoire. Il s’agit, pour elles, d’une négligence faite à l’égard des femmes. En effet, les joueuses de l’USWNT menacent de traduire en justice la fédération si elles n’obtiennent pas la bonne cause pendant la prochaine médiation. Elles ne s’arrêteront que jusqu’à ce que leur salaire soit égal à celui des footballeurs nationaux masculins.

À noter que selon l’USWNT, la fédération n’a aucune intention de considérer sa revendication en publiant de faux chiffres. Ces derniers concernent les différents avantages dont bénéficient les joueuses américaines sous contrat de l’équipe nationale. Ils sont plus importants que ceux que les hommes perçoivent. La vérité est tout à fait le contraire, martèlent les Stars and Stripes.